• Livre d'or



    1
    Mardi 28 Janvier 2014 à 18:45

    Cher Gabriel Gonnet, Je ne serai pas à cette réunion mais tu peux croire à mon amitié, ainsi que toute l'équipe de la Cathode (Bobigny) que j'ai cotôyée dans le cadre du DESS Cinéma que je terminais à l'université de Paris 8. Votre générosité intellectuelle et humaine est très grande, mais les difficultés de la société font barrage à toutes pensées qui viendraient nous aider à concevoir que les expériences tranversales (de terrain mais aussi internationales, sociétales, historiques, affectives, éducatives) comme celle de La Cathode, mêlant réflexion et souci de l'autre, sont à la pointe de ce que pourrait être une politique culturelle concrète, faite de proximité, de micro-politiques, d'absence de fétichisation de l'objet culturel, et de la générosité indispensable à la revitalisation d'un "tissus social" tellement malmené... La disparition d'un outil de travail tel que celui de La Cathode fait certainement partie de ce mouvement de déréliction collectif que nous percevons tous aujourd'hui. Bien cordialement. Annie Vacelet-Vuitton 11 rue du Rhin 75019 Paris 01 42 06 90 85 - 06 77 49 58 73 annievacelet@yahoo.fr bytarika@orange.fr http://www.vacelet.org

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :

    2
    Stéphane Barloy
    Mardi 28 Janvier 2014 à 22:23

    Le 27/01/14 12:46, « stephane.barloy@free.fr » <stephane.barloy@free.fr> a écrit :

    Bonjour Monsieur,
     
    J'ai lu avec intérêt votre communiqué, car je suis moi aussi consterné par le musellement des libertés d'expressions, imposé par le monde de la Finance au détriment de la société humaniste...par l'aveuglement des politiques qui jouent le jeu des Goldman Sachs et cies...abusant de leurs privilèges sans état d'âme pour ceux qui sont de plus en plus jetés à la rue. On doit taire ce qui fâche et répondre aux désirs de la pensée unique qui nous conduit droit dans le mur.
     
    Nous sommes hélas dans une société basée sur le rapport de force ou le social n'a pas vocation a être rentable et ou même les banques européennes (il leur manque 84 milliards pour assurer leur résilience) risquent de faillir au bénéfice d'une oligarchie financière privée qui se fiche pas mal que la société humaine aille bien ou mal.
     
    Les grands groupes, en ne participant pas à l'esprit sociétal et citoyen, ne serait-ce qu'en payant des impôts, montrent bien leur indifférence aux autres et leur attachement focalisé sur des profits dont seul une minorité profitera.
     
    Il faut que les consciences s'éveillent pour bâtir une autre société sur un modèle plus humain, humaniste et notamment celles qui se croient dans la justesse alors qu'elles sont dans l'erreur.
     
    Puisque la Cathode n'est plus qu'envisagez vous de faire ?
    Avec toute ma compassion.
    Stéphane Barloy
    3
    Philippe Masse
    Mardi 28 Janvier 2014 à 23:31

    En Afrique, on dit qu'un vieux qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle. Ce que je ressens après la liquidation de la Cathode est un peu de cet ordre, même si à 25 ans on n'est pas forcément considéré comme vieux chez nous. Mais tout le travail d'analyse des problèmes de notre société, de recherches sur des thèmes précis (résilience, harcèlement, mémoire ouvrière parmi les derniers), de regard différent sur la banlieue qui abritait ces activités, ainsi que ces efforts pour former des jeunes et moins jeunes à prendre la caméra et à devenir témoin de leur quotidien, tout ceci part en fumée. Pourtant, j'ai vu de mes yeux le bénéfice que l'audiovisuel pouvait représenter pour des personnes en difficulté sociale et économique. J'ai vu les progrès, j'ai vu les réflexions, la créativité s'éveiller, le sourire revenir sur des visages fermés. J'ai vu aussi les déceptions, quand les moyens ont manqué, et que tout le monde est parti, s'est éparpillé dans la nature. Le projet de la Cathode était-il utopiste, rattrapé par la crise, trop différent des canons de l'insertion ? Quoiqu'il en soit, ça marchait, et la collectivité se prive d'un outil d'éducation populaire incomparable, unique en son genre, d'un amortisseur social. Quand les bibliothèques disparaissent, c'est l'obscurantisme qui revient au galop !

    Philippe Masse, ex-président de la Cathode 

    4
    Samedi 1er Février 2014 à 10:46

    Les témoignages recueillis pendant la campagne de soutien :

    Témoignages

    5
    DYOo9BxOeYh
    Mercredi 18 Juin 2014 à 12:57
    Was totally stuck until I read this, now back up and ruinnng.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :